Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tunis : L’industrie du tourisme va-t-elle récupérer plus vite que prévu ?

Le jour même où a été perpétré l’attentat de Sousse qui a fait 38 tués et plus d’une quarantaine de blessés, il tombait sous le sens d’y ajouter une 39ème victime, le tourisme lequel, déjà, peinait à se relever des retombées tout aussi dévastatrices d’un autre attentat, celui du musée du Bardo. Nombreux étaient ceux qui avaient décrété, au soir du 26 juin, que « la saison touristique, c’est fini », alors que d’autres pronostiquaient une descente aux enfers d’au moins cinq ans. Dans le même temps, un véritable pont aérien a été mis en place pour rapatrier les touristes dans leurs pays respectifs , dépeuplant un grand nombre d’établissements hôteliers non seulement de Sousse mais aussi d’autres zones touristiques du pays, et même du Maroc en raison de l’effet de contagion et des craintes que semblable attentat soit réédité dans un pays musulman.

Ce creux de la vague est-il appelé à durer aussi longtemps que la destination Tunisie sera maintenue sous les fourches caudines ? En tout cas, alors que l’on commence à reprendre ses esprits, des indications se font jour pour suggérer un soupçon de rebond de l’activité touristique. D’abord, la ministre du Tourisme, Salma Elloumi Rekik a annoncé le maintien par le tour-opérateur Thomas Cook de 15 vols par semaine à destination de la Tunisie, précisant dans le même contexte que 3 avions sont arrivés le même jour à l'aéroport d'Ennfidha. Bien plus, 1000 touristes sont également attendus d'ici dimanche 12 juillet via Thomas Cook. La ministre n’en pas moins pris acte de la vague d’annulations de réservations et de vols vers la Tunisie depuis la première semaine de juillet, faisant savoir qu’un million de nuitées ont déjà été annulées.

Ensuite, le tour opérateur allemand Der Touristik vient d’adresser une lettre à ses partenaires hôteliers tunisiens où il affirme non seulement vouloir continuer à promouvoir la destination auprès de ses clients mais se dit prêt à accentuer ses efforts pour sauver une saison estivale qui s’annonce évidement très compliquée pour les professionnels tunisiens.

« En concertation avec les compagnies aériennes, nous allons désormais planifier nos rotations en nous basant sur des réservations réelles pour que vous, hôteliers, puissiez organiser et planifier l’occupation de vos établissements et mieux ajuster vos coûts fixes. DerR Touristik fait le pari que les demandes sur la destination Tunisie vont repartir très prochainement à la hausse ».

Enfin, Air Marin, leader romand sur la Tunisie, qui comptait 285 clients en Tunisie lors de l'attentat de Port El Kantaoui, la plupart d'entre eux séjournant à Djerba, a indiqué que tous les clients immédiatement contactés par l'agence réceptive du TO romand ont souhaité terminer le séjour initialement prévu.

« Nous réaffirmons notre volonté indestructible de continuer à programmer et à promouvoir cette destination. Il est aussi de notre devoir d’afficher notre solidarité avec le peuple tunisien. Pour pouvoir avancer vers un avenir serein, l’économie de ce pays a besoin de son tourisme. Notre programmation a été régulée mais reste identique dans ses grandes lignes. Nos engagements aériens ajustés restent inchangés, notamment en ce qui concerne les programmes d’octobre », peut-on lire dans un communiqué rendu public par Air Marin.

De moins en moins d’impacts !

Alors que les Tunisiens étaient encore sous le choc et que l’industrie du tourisme en deuil, une information, en d’autres temps, anodine, a eu l’heur de mettre du baume au cœur. Un rapport publié par le cabinet Deloitte sur les voyages et le tourisme, et repéré par Quartz, est porteur de bien des assurances.

«Le traumatisme des attaques terroristes reste probablement ancré, mais l'industrie du tourisme et les clients semblent être devenus plus résilients. Selon le rapport de compétitivité 2015 de Deloitte pour le Forum économique mondial, le rythme auquel l'industrie de l'hôtel récupère après les troubles politiques ou un évènement violent a "considérablement diminué" au cours des quinze dernières années.»

Dans le rapport, on peut ainsi lire que le taux de remplissage des hôtels new-yorkais a mis trente-quatre mois à récupérer du 11-Septembre. En comparaison, il a fallu douze mois aux hôtels madrilènes pour retrouver les mêmes taux après les attentats de 2004, et neuf mois aux hôtels londoniens après ceux de juillet 2005. L'attentat de Boston et le meurtre de Lee Rigby à Londres ont, eux, eu un impact limité, selon le rapport.

«Bien que l'impact des attentats de janvier en France ne soit pas présent dans les données, des indices anecdotiques suggèrent que les hôtels qui visent le marché des loisirs a souffert d'un impact immédiat à court-terme.»

Le rapport donne plusieurs raisons, mais explique également qu'il y a eu un changement de mentalité avec «l'émergence d'une culture du "continuer comme avant", en réponse au terrorisme».

Quartz rappelle que l'Organisation mondiale du tourisme avait déjà identifié ce phénomène après les attentats de 2005, en Égypte où 88 personnes avaient été tuées. « L'agence avait alors noté que les changements au niveau des activités touristiques avaient été minimes et que la société civile connaît désormais la nature mondiale de ces menaces [terroristes] et a choisi de ne pas y céder.»

M.L.

Tunis : L’industrie du tourisme va-t-elle récupérer plus vite que prévu ?
Tag(s) : #Tourisme

Partager cet article

Repost 0